L’atelier.

Assise à l’atelier, elle caresse doucement la feuille de papier posée devant elle, se concentre sur le contact contre sa main tiède. Quelques rayons de soleil entrent par la grande fenêtre. L’aube vient prêter à la pièce une ambiance douce et vive, pleine de lumière et d’énergie. L’atelier n’est pas vraiment un atelier. Plutôt une sorte de vieux bureau en désordre où s’entasse une montagne d’objets de toute sorte. Des crayons, des supports de différentes tailles et de différentes couleurs, de la peinture aussi, son pinceau d’aquarelle qu’on lui avait offert pour son dix-septième anniversaire. Les palettes sont couvertes de taches multicolores.

En la regardant s’activer dans la pièce, on pourrait croire qu’elle ne fait attention à rien. Rien n’est plus à sa place. Les pastels et les craies sont mélangés, les papiers et les toiles aussi. Si un objet tombait, elle ne ramasserait pas. Le visiteur la penserait désinvolte, artiste négligée. Et négligente aussi.

Pourtant il aurait tort de la juger trop vite. Cet atelier, c’est son espace à elle, son petit paradis. Au début il n’y avait rien, que ce large bureau un peu trop vieux et beaucoup trop vide. Juste un bureau et une fenêtre. Elle s’est installée tranquillement, apportant ses petits trésors les uns après les autres, pour faire de cet endroit son refuge. Apportant un peu d’elle aussi. La volupté de son corps qui s’anime autour de cette table. De ses cheveux qui tombent en cascade autour de ses épaules. Sa façon de contempler les modèles. Un regard à la fois concentré et langoureux, comme si rien n’était plus important que de capter les formes de ce corps, l’harmonie de ces courbes offertes. Son impatience, sa frustration devant la page blanche qui ne noircit pas… et parfois, souvent, la satisfaction ultime du beau. L’éternel soupir de soulagement quand les traits s’assemblent pour de bon et finissent par prendre corps.

Parfois, elle prend le temps de se lever et de faire quelques pas. Elle laisse ses yeux s’attarder sur tout ce qui l’entoure, une araignée perdue dans un coin du plafond, les traces que les pieds de la chaise ont marquées sur le parquet clair. Tout pourvu qu’elle parvienne à oublier son œuvre, à penser à autre chose l’espace d’une minute. Puis elle revient s’asseoir et elle regarde. Elle se laisse submerger par le beau, envahir par un calme étrange jusqu’au bout de chacun de ses doigts. Collé sur ses lèvres, le sourire de celle à qui plus rien ne peut arriver. Dans ces moments-là, elle n’a plus peur des serpents, des clowns tristes, des accidents de voiture et des entretiens d’embauche. Elle ne pense plus aux hommes qui lui ont brisé le cœur, aux partiels de décembre et encore moins aux vêtements qu’elle portera demain. Dans ces moments-là, au fond, elle n’a même plus peur de mourir.

Mots à placer : paradis  – début  – lever – s’activer – volupté – tiède – langoureux – éternel– mourir– aube

Un petit défi d’écriture volé à Sébastien !

L'atelier

Advertisements

8 réflexions sur “L’atelier.

  1. wow, tu es un peu en retard pour ce défi et c’est bien dommage parce que ton texte vaut le coup d’être lu. Dis donc mais tu es pleine de talents. Si tu décidais de participer à un autre défi (en temps réel) je crois que personne ne t’en voudrait. C’est vraiment bon !

    1. Ca m’a donné envie de tenter le coup tes textes avec les « mots à placer »… Je trouve cette idée assez sympa, inspirante, ça donne des idées tout en laissant une assez grande liberté ! C’est chouette 🙂 ça faisait un bail que je ne m’étais pas laissée aller à écrire quelque chose comme ça…

      1. Et ça t’a drôlement bien inspiré visiblement. Si tu veux prendre ma place pour le défi cette semaine, je te désigne volontiers comme ma championne ( 🙂 ), je risque de passer mon tour cette fois !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s