Veni Vidi Veggie

 

 

VVV 12VVV 11 finalVVV 10 Final

 

VVV 9 FIN

 

VVV8VVV-7-trame-aplat
VVV - épisode 6

VVV 5


VVV - épisode 4

Veni Vidi Veggie 3

Veni Vidi Veggie

Veni Vidi Veggie 1

75 réflexions sur “Veni Vidi Veggie

  1. Première page que je lis de ton blog (que je m’en vais explorer tout de suite !), c’est simple clair et tellement vrai ! J’adore, le végétarisme c’est la vie :3

    1. Hey ! Merci beaucoup pour ce message. Plein d’autres planches à venir : ) Une nouvelle sortira tous les 15 jours normalement, et j’ai plein d’idées… (malheureusement y a de quoi faire avec les clichés sur le végétarisme !) Un grand merci et à bientôt pour les nouvelles aventures !

    1. Bien vu Sylvain !… Oui tu as raison il y aurait aussi beaucoup à en dire. Mais cette BD a vraiment pour thème le végétarisme et pas le véganisme ! C’est une façon de la rendre un peu plus accessible aux personnes qui ne sont pas du tout sensibilisées à la cause animale et qui commenceraient à se poser des questions. Un premier pas vers ces réflexions.

  2. l’autre dit : ‘ tu es végétarienne, mais qu’Est-ce que tu manges  »
    puis : « tu dois avoir faim »

    moi : « je mange de TOUT, hormis poissons, viandes et dérivés type gélatine de porc..

    L’autre répond :  » mais c’est pas possible, tu dois avoir des carences c’est sur ! on ne peut pas vivre sans viandes !  »

    Moi : « Non non non , aucunes carences, et en PLUS je donne mon sang MOI ! »

    L’autre ( encore lui ) : « oui mais… tu manges du jambon et du poulet tout de même ??!!! »

    Moi : BLASEE . :/ il existe une nouvelle catégorie de légumes ?? ^^

    1. Merci beaucoup pour ce petit message Vincent ! ça me fait super plaisir. : ) Normalement une nouvelle planche sortira tous les 15 jours pour de nouvelles aventures veggie ! Et pour le ton, je suis très contente qu’il vous plaise. C’est vraiment une BD qui ne se veut pas « moralisatrice », mais plus « et si on s’interrogeait là-dessus ? » !

  3. Bravo ! C’est tellement juste et proche de mes sentiments quand je suis passée de flexitarienne à végétarienne. Je le suis devenue officiellement en décembre dernier et j’ai entendu à Noël dernier « tu ne manges plus de viande ni de poisson, mais du foie gras quand même tu vas en manger ? » ….inconcevable quand on est originaire du pays du foie gras. S’ils savaient : je n’ai jamais apprécié 😉 donc j’ai répondu par la négative bien sûr avec force, détermination (ils se sont dits « quel dommage !! »), satisfaction et soulagement (je me suis dit « youpi, je vais enfin y échapper !! Merci le végétarisme »)

  4. J’approuve aussi tous les commentaires précédents.
    C’est tellement frustrant d’être confronte a des gens qui disent qu’ils comprennent la souffrance animale, mais qu’ils aiment trop la viande pour ça, ou qui te disent que tu dois avoir des carences ou manger seulement de la salade …
    Nous sommes censés être dans un monde moderne, et pourtant, tant de gens sont encore archaïques!!
    Merci pour ces dessins qui expliquent les raisons simples pour lesquelles devenir veggie est une évidence!

    1. Merci pour ce message ! Je suis bien contente que l’objectif soit atteint ! Plus je reçois des commentaires de ce type plus c’est motivant pour continuer. : ) En effet l’idée de ces BD à largement été inspirée par des discussions stériles avec des gens, et la frustration d’être confrontée à des discours fermés et centrés sur des arguments comme « le plaisir personnel », « la tradition », « la culture »… Espérons que ces dessins sur un ton léger amène leurs lecteurs à se poser quelques questions, avec curiosité et honnêteté intellectuelle.
      Un grand merci !

  5. J’aime bien le message, c’est loin d’être extrême et c’est raisonnable comme discours. Je trouve saine votre volonté de considérer la souffrance animale comme si importante, cela peut même faire évoluer l’élevage.

    Je viens mettre ma goutte d’eau car tout le monde semble pro végétarisme votre choix, je le respecte, on peut le faire et je pense qu’on doit laisser au gens cette possibilité. Comme on doit laisser le droit aux gens de faire le choix de manger de la viande, poisson, oeufs et autres produits laitiers.
    Petites précisions néanmoins, l’indice de consommation (masse d’aliment consommé divisé par masse de masse prise par l’animal) varie de 2.3 pour le poulet, 2.7 pour le porc à 6.5-7 ou plus pour les bovins.
    Les volailles de chair ne sont pas élevées en batterie (sauf derniers jours des poulets de Bresse)
    Et dans les sushis il y a souvent du poisson (dessin du début…) qui peut être élevé ou être pêché au chalut ce qui n’est pas une partie de plaisir pour lui je pense.

    1. Bonjour Coudrou ! Merci pour ce message. En effet la plupart des réponses étaient jusque là pro végétarisme (c’est en partie pour ça que j’ai diffusé le lien à mon école d’agro, j’aimerais susciter des débats, amener des gens qui ne s’intéressent pas à la question à y venir doucement). Sans forcément devenir végétarien mais au moins y penser. S’interroger ! Pour l’instant le choix dont vous parlez est réel : il n’existe aucune loi, aucune façon d’imposer un régime végétarien à des personnes qui ne le souhaitent pas. Après je pense qu’il y a une vraie volonté de faire réfléchir les gens. On peut choisir de continuer à manger de la viande, mais ce qui est regrettable, ce sont les discours du type « je regarde pas cette vidéo parce que je sais qu’après je pourrais plus en manger »… Je suis pour que les gens arrêtent de se voiler la face et – soit assument cette violence et continuent à manger de la viande / – soit se rendent compte qu’elle leur est insupportable et deviennent végétarien (c’est mon cas bien sûr). Pour les chiffres, d’où les prenez-vous ? Tout dépend des sources. Il existe encore des élevages de poulets de chair en batterie en France.
      Et pour le poisson, vous avez tout à fait raison ! C’est pour ça que j’ai fait des makis végétariens ! Ceux que je commande tout le temps quand je vais chez mon restaurant japonais : concombre avocat ! regardez dedans, il n’y a que du vert. : ) Les végétariens s’abstiennent de consommer toute chair animale = viande + poisson. Donc je ne peux que grandement approuver votre réflexion sur l’aquaculture et la pêche !

      Merci en tout cas pour ce commentaire argumenté et pas agressif du tout, c’est aussi à ça que doit servir ce blog : provoquer un débat ! J’espère à bientôt. 🙂

      Marine

  6. Bonjour Marine,

    Merci de m’avoir corrigé. Les chiffres IC et autres on trouve ça sur le net dans les résultats techniques des interprofessions. Je ne sais pas ce qu’est l’élevage du poulet de chair en batterie, on élève des poules en batterie pour les œufs mais sinon les poulets de chair en intensif sont élevés au sol enfin je crois, en école agri on apprend ça…peut être pas en école agro.

    Pour ce qui est des vidéos, j’entends votre réflexion, simplement pour ajouter des éléments au débat aujourd’hui une association diffuse des images ne reflétant pas la réalité. Je parle de L 214 bien sûr, qui est en procès avec différents organismes et a déjà été condamné car elle truque ou biaise un certain nombre de ces images. Moi-même mangeur de viande je suis horrifié en voyant leurs images et je le suis encore plus en apprenant que ces images ont été tournée à l’étranger, il y a 30 ans et recoupées avec un élevage d’aujourd’hui en France. Notamment pour leurs images sur le gavage ils ont été récemment condamné car leurs images étaient fausses.
    Je pense en effet qu’on doit continuer à diminuer notre consommation de viande pour des raisons environnementales et sociétales (nourrir 9 milliards de personnes…). Mais on doit aussi faire évoluer notre élevage et pas abandonner des hommes et femmes qui y travaillent, génèrent de l’emploi et apportent des protéines en valorisant des terres que l’homme seul ne peut valoriser (herbe, foin et autres landes). Car rien n’est acquis dans la souffrance animale, pleins de solutions sont imaginées pour améliorer le bien-être des animaux d’élevages qui contrairement à ce que l’on pourrait croire sont mieux lotis que les animaux « sauvages ».

    Bref ne faisons pas un procès à l’élevage français mais essayons de le faire évoluer comme il l’a toujours fait vers ce que le consommateur demande. Car de nombreux hommes sont omnivores et le resteront je pense.

    Bonne discussion

    1. Bonjour.
      Je ne sais pas ou tu as trouvé l’information mais je n’ai jamais vue nul part que L214 ai été condamné pour avoir truqué des images … Les seules condamnations récentes sont pour violation de propriété ( quand ils avais tourné des vidéo dans des élevage de poulet ) et recensement il ont du payer les frais de justice d’un gaveur de canard car c’était eux qui avait attaqué et que la justice a estimé que ce n’était pas un mauvais traitement …
      Quand a ton affirmation comme quoi les animaux d’élevage sont mieux lotis que les animaux « sauvages » permet moi d’en douter … une vie sans liberté avec un mort certaine à même pas 10% de ton espérance de vie, ce n’est pas pour moi du bien-être, même si l’éleveur et gentil et te grattouille derrière les oreilles …

  7. Bonjour Sylvain,
    je suis content que tu me demandes des précisions. Pour l’affaire du gavage, des images ont été utilisées et associées à un élevage alors qu’elle ne l’était pas. Ensuite L214 est en procès dans le Morbihan après s’être introduit la nuit dans un élevage de lapin en cage, ces animaux sont sensibles aux stress et l’intrusion de personnes dans l’élevage et l’application de lumière sur leur cage par des personnes inconnues a provoqué des avortement en masse. L214 a filmé ces avortements anormaux provoqué par leur présence et affirmé que c’était ça l’élevage de lapin en France, j’ai vu ces images il y a une semaine à la télé.
    Pour le bien-être de l’animal sauvage, les animaux sauvages sont plus soumis au stress, doivent chercher leur nourriture et leur eau, sont soumis à la pression des prédateur en permanence, sont souvent malades(voir le lièvre et les animaux migrateurs) et pas soignés. Maintenant en effet je te l’accorde les animaux élevés ne sont pas tous libres de leurs mouvements et sont abattus jeunes (j’espère vivre plus longtemps que ce que tu as estimé 10%, je pense que c’est plutôt 3-4% en fait) mais sais tu a quel âge les animaux sauvage meurt ? Quel pourcentage arrive à mourir de vieillesse comme tu le souhaiterais? Maintenant les normes bien-être évoluent à leur vitesse et vont vers plus de respect du comportement naturel des animaux domestiques, ça on ne peut pas le nier, des erreurs ont été faîtes par le passé et vont être corrigées je l’espère du moins.
    Je considère comme toi que l’animal est sensible et que l’homme a la responsabilité de diminuer leurs souffrances mais notre histoire et une part de génétique fait que l’homme mange encore de la viande.
    Je préfère choisir d’améliorer l’élevage que de l’arrêter chacun son choix

    1. Beaucoup de choses ont été dites dans ces derniers commentaires. Je peux déjà vous assurer qu’il y aura un épisode de Veni Vidi Veggie qui traitera cette question de « l’homme est un omnivore » très bientôt : ) … Et j’essaierai d’en faire un aussi sur les animaux sauvages. Je pense qu’il faut aussi beaucoup se méfier du discours tenu dans les écoles d’agro, pour être ingénieur agro moi-même (eh oui !!!) je sais très bien ce qui y est raconté et c’est parfois n’importe quoi ! Si tu ne fais pas confiance à L214, tu peux te renseigner sur l’association CIWF qui est réformiste (comme toi). Ils sont très bien documentés, ils ne pronent pas le végétarisme et ils cherchent à faire évoluer l’élevage aussi vers une meilleure prise en compte du Bien-être animal. N’hésite pas à aller sur leur site, par exemple sur la discussion qu’on avait sur les poulets de chair tout à l’heure… http://www.ciwf.fr/animaux-de-ferme/poulets-de-chair/elevage-intensif/
      Le monde de l’élevage n’est pas tout rose non plus et ça ne fait pas de mal de remettre en question ce qu’on nous apprend à l’école en confrontant ces infos avec la réalité sur le terrain (pas mal retranscrite par CIWF notamment).

  8. Bonjour ! On peut aussi voir la question plaisir versus morale sous un autre angle : être en accord avec ses sentiments/convictions provoque aussi du plaisir, et être en désaccord peut au contraire provoquer un malaise (dissonance cognitive). Donc, on ne se trouve plus dans le dilemme plaisir versus morale, mais dans la renaissance du plaisir, celui retrouvé dans le végétarisme ! 🙂

    1. Bien vu ! 🙂 Mais beaucoup d’omnivores te diront qu’ils n’ont aucun problème moral avec le fait de manger de la viande et que leur plaisir est aussi total ! Je pense qu’il faut aussi montrer aux gens en quoi ça peut poser un problème moral de manger de la viande. : )

  9. Source: http://www.l214.com/enquetes/maltraitance-lapins/ reportage en Morbihan (c’est en Bretagne le berceau de l’intensif).
    les images sont passées sur France 2 je crois envoyé spécial le mercredi 18. Pour le reste il suffit de se renseigner sur les animaux sauvages et le bien-être des vaches.

    J’approuve les trois dernières remarques par ailleurs. Tout le monde peut faire son choix mais en connaissance de cause…c’est pas facile avec la proportion grandissante de personne en ville et l’écart entre les connaissance des gens et leurs croyances (trop idylliques ou trop négatives) et la réalité des gens à la campagne.

    1. Là tu parles du cas où L214 a été condamné parce qu’ils ont utilisés de VRAIES images qui portaient préjudice à l’éleveur.
      Où sont tes sources quand tu parlais des images falsifiées ?

  10. La falsification c’est pour les images sur le gavage
    Mais par ailleurs dans le cas que j’ai citer dans mon message précédent L214 à provoquer des avortement et filmé les cages avec des fœtus pendant des barreaux. Et ces images sont passées sur France 2 il y a 3 semaines.

  11. Bravo, c’est vraiment super bien fait 🙂 Ca fait du bien de voir des choses originales et tournées de façon humoristique et subtile sur les végétariens ^^on n’est pas des extrémistes comme tout le monde pense…on veut juste partager un autre point de vue sur la vie. Continues j’ai hâte de voir la suite 🙂

    1. Merci Margaux ! C’est tout à fait l’esprit de la BD, essayer de faire réfléchir les lecteurs sur un ton rigolo et léger… 🙂
      T’inquiète je lâche rien, une nouvelle planche tous les 15 jours si tout se passe bien !
      Merci beaucoup

  12. J’aime beaucoup tes BD, elles posent de bonnes questions sans pour autant être trop radicale. J’ai toutefois quelques remarques : Je crois que d’un point de vue philosophique on ne peut pas parler de « morale » en parlant du bien être animal mais plutôt d’éthique. La différence entre les deux reste assez fine mais a tout de même son importance puisqu’elle explique en partie le manque de consensus sur le sujet.

    Ensuite après avoir lu tous ces commentaires je me dois d’ajouter mon petit grain de sel. Effectivement la vie des animaux en élevage n’est pas toujours rose. Cependant, étant fille d’agriculteur (producteur de viande) et ayant grandi dans un milieu agricole je peux dire avec certitude que la plupart des reportages vu à la télé ou sur le net ne sont bien souvent qu’une partie infime de l’élevage et ne reflète pas la majorité des élevages français.

    Je dois aussi dire que bien souvent ces reportages pointent du doigt l’éleveur alors que celui-ci, ne l’oublions pas, répond à la demande du marché et donc du consommateur. La plupart d’entre eux (certes pas tous) ne sont pas contre un changement en vue d’améliorer le bien être de leurs animaux mais ce changement doit rester rentable pour eux (c’est à dire : ok pour une durée de vie plus longue des animaux, de meilleures conditions surtout pour les volailles et les porcs mais dans ce cas, le consommateur doit être prêt à mettre plus cher pour son kilo de viande).

    En bref, je suis assez d’accord avec coudrou, beaucoup de personnes sont assez « déconnectées » de ce qui se passe réellement en campagne et surtout, j’approuve l’idée selon laquelle nous sommes tous libres de choisir mais en connaissance de cause. Depuis toujours je vois la vache paître en toute tranquillité dans le champ d’en face mais j’ai également toujours su qu’il fallait la tuer si je voulais manger un bon steak. Je mange de la viande, je sais pourquoi, je sais d’où ça vient et comment ça été transformé, j’assume mes choix mais je ne demande à personne de suivre le même chemin que moi.

  13. J’adore, merci !
    22 ans que je ne mange plus de cadavre d’animaux, quels qu’ils soient, et marre d’entendre encore les mêmes fadaises, comme « le cri de la carotte » (comme si on ne mangeait QUE ça !)
    Alors là, je vais me faire un plaisir d’envoyer ces bd à tous ceux qui n’ont encore rien compris à mon éthique de vie !
    j’attends la suite avec impatience !!
    Végétariennement
    catherine

  14. Coucou, étant végétarienne à tendance végan, je n’ai rien à dire sur le fait que tu fasse ta BD.
    Mais pour moi, il est vraiment bizarre de devoir tout le temps se justifier, d’expliquer ses choix mais surtout de vouloir changer les autres. Perso, quand on me demande pourquoi je ne mange pas ci ou ça je réponds : je n’aime pas les animaux ni vivant ni mort ». Je pense que chacun mange ce qu’il veut. Jamais personne ne m’a jamais forcé à manger de la viande puis d’arrêter, puis de changer encore pour arrêter les œufs etc.
    Franchement, chez moi personne ne comprends ce choix, et ça n’ai pas prêt de changer. mais de l’autre coté moi je ne comprends pas non plus… Rien ne changera, il faut juste accepter que le monde est rempli de personnes toutes différentes

    1. Bonjour Mel, merci pour ton message. Je suis d’accord sur le fait que « chacun fait ce qu’il veut », je n’ai absolument pas pour vocation de rendre tout le monde végétarien – je sais bien que c’est loin d’être réaliste d’ailleurs pour l’instant. En revanche je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui ont des idées reçues fausses sur le végétarisme (les végétariens sont carencés, on ne peut rien manger quand on est végétarien, on est « faits pour manger de la viande », etc)… Donc ma BD a pour but de répondre à ces stéréotypes-là qui ne sont pas justifiés. Et je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis que « rien ne changera ». Il y a déjà énormément de gens qui, simplement en discutant avec moi, on décidé de changer leurs modes de consommation – déjà en mangeant moins de viande et parfois en devenant carrément végétarien. Et je suis moi aussi l’exemple vivant pour illustrer que « les gens changent parfois », car je suis partie avec tous ces stéréotypes-là en tête et j’ai fini par revenir sur les idées reçues que j’avais. Voilà. Le but n’est pas de transformer les gens, ces BD visent à pousser les lecteurs à se poser des questions. Si ça ne les fait pas changer, ça ne fait rien, ça aura au moins ouvert un débat.

  15. Végétalienne depuis plus d’un an, j’en découvre tous les jours de nouveaux bienfaits, parmi lesquels ta petite merveille de BD trouvée sur le site de l’AVF. C’est une bonne voie pour sensibiliser sans agresser, et c’est drôle et réconfortant de savoir qu’on subit tous les mêmes remarques !
    J’espère que tu aborderas un jour le thème des réactions du corps médical, souvent contradictoires et presque toujours déconcertantes .
    Merci pour ton engagement et au plaisir de te lire…
    Marie

    1. Bonjour Marie ! Merci beaucoup pour ce message. Je trouve aussi que c’est un moyen assez efficace, surtout parce que les gens peuvent lire les BD quand ils sont seuls chez eux et y réfléchir à tête reposée, juste se poser des questions… J’aime beaucoup faire ça. : ) Oui bonne idée la question du corps médical, elle était dans ma liste d’idées sous la forme « je pensais que mes médecins respecteraient ma décision »… J’ai eu l’exemple d’un ami qui avait toujours eu des vertiges depuis qu’il était tout petit. Il a consulté très peu de temps après être devenu végétarien et son médecin voulait absolument que ce soit la cause, alors que les vertiges dataient de bien avant ça ! ^^ … Tragique… Donc ça viendra sans doute mais peut-être pas tout de suite ! Faudra être patient. Un immense merci, c’est beaucoup de travail mais je m’éclate et je suis toujours ravie d’avoir des retours comme ça. Ca motive pour continuer ! 🙂 A très bientôt,
      Marine

  16. Bonjour Marine, bonjour à tous,

    Je trouve tes bds super car amusantes et vraies même pour une mangeuse de viande comme moi.
    Je suis aussi une agro et j’ai fait la spécialité production animale donc j’ai aussi une vue un peu critique sur le vegetanisme. En effet, tous les arguments que tu as avancé sont tout à fait vrais malheureusement on ne pense pas forcement aux consequences d’une vie sans viande. Parce que dans notre tres chère société capitaliste les choses existent et perdurent uniquement si elles permettent de rapporter des sous. Ainsi si un nombre trop important de personnes deviennent vegetariennes vous aurez gagné pensez vous, plus de viande sur le marché c’est servir le bien etre animal, c’est servir l’environnement et la planete ira mieux pensez vous… Mais malheureusement de nombreuses races (de vaches, de mouton) disparaitront et là ça ne sera plus la peine de parler de leur bien être puisqu’elles n’existeront plus. La perte du nombre de race d’une espèce c’est la definition même de la reduction de la biodiversité qui à mon avis n’est pas ce que vous recherchez. Aussi curieux que cela puisse paraitre le fait que certaines personnes achetent encore de la viande de cheval est la seule chose qui permette à certaines races de chevaux de traits d’encore exister…et ça on y pense pas. De même les élevages permettent de sculpter notre paysage et nos belles campagnes françaises et sans élevage qu’adviendrait il de cet écosystème qui s’est mis en place ?

    1. Si le végétarisme est aussi important pour beaucoup de gens, c’est surtout en réponse au n’importe quoi qu’est devenu l’élevage d’animaux.
      Si on n’avait aucun élevage industriel, que TOUS les animaux étaient élevés de façon correcte, avec tout le respect, sinon l’amour qui leur est dû, alors je pense que le végétarisme ferait moins parler de lui. Il y aurait des végétariens, certes, mais ça serait un choix de vie comme un autre, et ça ne fera pas la une des médias.
      Donc le problème MAJEUR n’est pas forcément de manger de la viande, car il y a toujours des études qui prouvent certaines choses et leur contraire, mais c’est celui déjà de la SURCONSOMMATION qui devient totalement aberrante et surtout des conditions d’élevage qui sont contraires à ce que toute personne sensée et respectant la vie peut envisager.

      1. Bonjour Jonathan, la théorie selon laquelle « Le problème majeur n’est pas de manger de la viande, mais la surconsommation aberrante de produits carnés et les conditions d’élevage », est une des théories possibles. C’est l’idéologie réformiste, qui considère que l’exploitation des animaux par les humains n’est pas amorale. Cependant ce n’est pas la seule idéologie. Il y a aussi tout un courant de pensée, l’abolitionnisme, qui estime que nous avons un devoir moral de ne pas tuer les animaux. En d’autres termes « si je peux vivre en bonne santé sans faire de mal aux animaux, j’ai le devoir moral de le faire », et ce peu importe dans quelles conditions ils ont été élevés et abattus. Simplement : si c’est évitable, autant s’en passer !
        Je te rejoins sur le fait que ce sont les extrêmes de l’élevage industriel qui font qu’on en arrive aujourd’hui à parler de végétarisme à la TV, sur Facebook, dans les journaux… Mais je ne pense pas que ça se limite à ça. Déjà dans l’antiquité, certains philosophes étaient végétariens et remettaient en question la pertinence de prendre la vie des animaux pour satisfaire nos plaisirs du palais ! (et je ne pense pas que l’abattoir d’Alès était déjà en service du temps de Plutarque :P)
        En tout cas merci pour ton commentaire, et j’espère à bientôt sur le blog !

    2. Bonjour Morgane,
      Merci pour ton commentaire ! (et désolée d’avoir mis beaucoup de temps à y répondre, j’avais dû laisser ça « pour plus tard »… et voilà ce qui arrive quand on est légèrement adepte de la procrastination comme moi !)
      Enfin, mieux vaut tard que jamais :

      Tu soulèves la question de la disparition de certaines espèces. C’est une question intéressante. C’est là qu’on arrive à la limite un peu floue qui sépare l’éthique animale de l’éthique environnementale. L’éthique animale considère les animaux comme des individus, l’éthique environnementale comme des espèces animales. L’éthique environnementale encouragera l’existence de réserves, la présence d’animaux dans les zoo, etc., en supposant que la conservation des espèces prévaut sur le bien-être des individus. En d’autres termes, qu’il vaut mieux qu’une espèce perdure, même si tous les individus qui la composent n’ont pas accès au bien-être. Moi je suis du côté de l’éthique animale, je raisonne en termes d’individus. Par exemple, nous avons développé des poulets de chair qui se développent tellement rapidement que les pattes des poulets ne peuvent plus supporter leurs propres poids et qu’ils finissent par souffrir beaucoup (et souvent ils meurent très tôt). Je pense (personnellement) qu’il vaut mieux que ces poulets s’éteignent, quitte à y perdre une forme de patrimoine génétique, plutôt que de les maintenir dans ces conditions. Mais c’est une question sérieuse et les différents points de vue sont intéressants…

      Pour ce qui est de sculpter les paysages, pourquoi pas conserver des troupeaux pour cet objectif sansa voir à les abattre pour les manger ? Je pense en particulier à une mission de l’association TAKH, qui travaillait sur la réintroduction du cheval de Przewalski. Ils avaient laisser un troupeau de Przewalski à brouter dans une zone très particulière de Lozère, où les chevaux permettaient de préserver un écosystème en ne mangeant que certaines plantes et pas d’autres. Ce projet me paraissait intéressant, d’autres de ce style sont sûrement envisageables. Ce qui est sûr c’est que les 3/4 des animaux qui sont aujourd’hui destinés à notre consommation ne sont pas ces jolis animaux qui préservent les écosystèmes de nos belles campagnes françaises, puisque (et j’imagine que je ne t’apprends rien) la plupart d’entre eux restent enfermés dans des bâtiments, dans des élevages intensifs.

      1. Merci pour ces éléments. L’association TAKH a l’air passionante ! Pour ma part je connaissais 3 frères qui vivaient avec des vaches, mais n’en faisait rien jusqu’à leur mort naturelle. Les vaches participaient à l’écosystème, c’est tout. Elles ont vécu une vingtaine d’années. Il y a aussi des gens qui recueillent des moutons, là les moutons brouttent l’herbe, les haies ce qui permet de tondre les champ. Je trouve ces modes de coopération intéressants, mais extrèmement rares. En tout cas ça nous permet d’entrevoir ce que pourrait être la vie commune d’animaux et d’humain.

      2. Oui je trouve ça vraiment intéressant, je suis sûre que des options de ce type sont possibles ! Pour la TAKH, j’avais réalisé mon projet étudiant de première année d’agro avec eux, on avait fait une semaine d’entretiens en Lozère pour étudier l’impact de la réintroduction des Przewalski sur le développement local de la zone. C’était vraiment intéressant, certains chevaux avaient même été réintroduits en Mongolie, le berceau de l’espèce.

  17. j’avoue que cette bd fait réfléchir mais étant agriculteur et fils de chasseur je vois les choses de façon différente et vois dans le végétariens des gens qui ont du mal a accepter le fait que tout être vivant va mourir. je ne veut pas hurler avec les loups pro viandes qui sont aveuglés et galvanisées par leur certitudes mais je ne veux pas non plus hurler avec les loups végétariens (nouvelle espèces originale s’ils en faut qui semble s’auto féliciter joyeusement d’être la) mais combien d’entre eux vivent a la campagne même s’ils est pesant pour nous agriculteur de faire les courses et de manger de moins en moins de produit issu du jardin je ne suis pas contre vous loin de la je me rend même souvent comptes de pratique abbérrantes mais qui serait néfastes aussi si elles arrêtaient trop brusquement, et pour ce qui est de la chasse c’est une histoire encore plus compliqué que je n’ais pas le temps d’expliquer

    1. Bonjour Dany,
      Merci pour votre commentaire. J’apprécie votre intérêt pour la BD, même si visiblement nos avis divergent sur certains points (ce qui est intéressant, au final !).

      Je ne suis pas d’accord avec vous quand vous écrivez « je vois dans les végétariens des gens qui ont du mal à accepter que tout être vivant va mourir ». Je ne pense pas que ce soit le cas. Sans avoir la prétention de répondre au nom de tous les végétariens, je vais répondre pour mon cas particulier. Je n’ai pas de mal à accepter l’idée que les êtres vivants vont mourir, je le comprends bien. Ce que j’ai du mal à accepter, c’est le fait que nous continuions, aujourd’hui, à mettre à mort des animaux, alors que cela n’est plus nécessaire à notre survie et à notre bien-être. Alors que cela pourrait être évité très simplement.

      Pour faire une petite métaphore, c’est comme si vous disiez « tous ces gens qui condamnent le meurtre, c’est juste qu’ils n’arrivent pas à accepter l’idée de leur propre mort »… Non, ça va plus loin que ça, c’est l’idée qu’un individu mette volontairement à mort un autre individu qui dérange.

      Pour ce qui est de votre remarque « combien d’entre eux vivent à la campagne ? ». Eh bien moi par exemple, j’ai vécu toute mon enfance dans un petit village de 2000 habitants dans la campagne vendéenne. J’ai vu des animaux dans les champs et dans les fermes, j’ai visité des élevages. Ca ne m’a pas empêché d’être sensible à la cause animale.

      En tout cas merci pour vos commentaires,
      Et sans doute à bientôt sur le blog !

      Marine

      1. «  »Je n’ai pas de mal à accepter l’idée que les êtres vivants vont mourir, je le comprends bien. Ce que j’ai du mal à accepter, c’est le fait que nous continuions, aujourd’hui, à mettre à mort des animaux, alors que cela n’est plus nécessaire à notre survie et à notre bien-être. Alors que cela pourrait être évité très simplement. » »

        Bonjour Marine,

        Deux erreurs dans ton discours,1 la possibilité et la simplicité et 2 la nécessité pour le bien-être (moi je le conteste).

        1 la possibilité et simplicité, pour produire n’importe quel aliment pour l’homme tu détruis l’habitat d’autres animaux (déforestation) il y a longtemps en France et récemment en Amérique du Sud, Indonésie etc.

        De plus pour toutes les cultures vivrières on a une compétition avec d’autres animaux, certes moins sexy que la vache, la poule, lapin… je veux bien sûr parler des mollusques (limaces, escargots..), insectes (pyrales, pucerons, criquets, charançons…) et à si rongeurs donc lapins, rats des champs, souris… Tous ces animaux sont des ravageurs de cultures. Certains sont comestibles, d’autres moins. Quoiqu’il en soit tu dois t’en débarrasser, alors plusieurs solutions: chasses, insecticides, lutte biologique mais quoi qu’il en soit si tu ne combats pas ces animaux ils détruisent ta récolte et alors tu ne peux plus te nourrir. Donc obligation de tuer (ou autre termes selon la sensibilité de chacun) pour avoir de la nourriture. Que tu le fasses par la main, les produits chimiques, les méthodes biologiques ou la main de ton voisin agriculteur. La simplicité n’est pas non plus si évidente alors, à moins de ne considérer que la lutte biologique (la plus proche de ton idéal à priori) mais celle-ci n’est pas monnaie courante et elle se complémente bien avec d’autres modes d’action (un bon coup de fusil). D’ailleurs je n’ai pas encore parler des sangliers, chevreuils et autres cervidés qui nuisent aux cultures surtout là où les chasseurs ont disparus (même si je ne suis pas fan de ces types là, ils servent parfois).

        2 La nécessité pour le bien-être à ce sujet, comme tu l’as dit la consommation de viande excessive, souvent associée à une consommation de gras et des plats riches n’est pas saine pour la santé. En revanche, si tu fais appel à l’histoire on constate qu’avec la généralisation de la viande dans tous les foyers on a vu une augmentation de la longévité et de la bonne santé.
        Tu me diras en même temps il y a eu des amélioration sur la nutrition, la médecine, les conditions de travail (encore que…). Donc on n’en a peut-être plus besoin maintenant, sauf que le plaisir de manger de la viande est conjugué à un apport en acides aminés essentiels en quantité suffisante et même supérieure aux besoins quotidiens.
        Donc si tu arrête d’en consommer alors tu vas devoir retrouver un équilibre dans ton alimentation, ce qui est un contrainte majeure en plus de devoir manger équilibré traditionnel, tu vas devoir trouver un équilibre en acides aminés en vitamines… etc.
        Honnêtement, là je ne mens pas, les gens devraient d’abord penser à équilibrer leur alimentation (cela passe surement par manger moins de gras, manger moins de viande, moins de produits transformés) ce qui aura un effet spectaculaire sur leur santé, en revanche chercher à remplacer des bonnes protéines animales par différentes protéines végétales à équilibrer, je pense que c’est une perte de temps en terme de santé et de durabilité.

        J’espère que j’ai été clair.

        À plus.

      2. Merci pour ces précisions. Oui bien sûr je suis au courant de la nécessité d’équilibrer son alimentation ! Mais ce n’est vraiment pas très compliqué. Il suffit d’associer les céréales et les légumineuses, et on s’y fait très bien. 🙂
        Pour ma part je n’ai vraiment pas trouvé ça compliqué de devenir végétarienne, ça n’a pas été une « contrainte » pour moi.
        Et je suis allée voir une nutritionniste récemment pour faire le point après environ 1 an sans viande ni poisson, visiblement tout va bien et elle m’a dit que ça irait bien tant que je continuais les associations céréales-légumineuses.
        Je ne crois pas du tout que ce soit une « perte de temps », déjà en terme de santé (quand on voit tous les risques sanitaires liés à la viande), ni en termes de durabilité (plus personne n’ignore la quantité d’émissions de gaz à effets de serre liées aux productions animales).

      3. Marine,

        Je ne suis pas d’accord avec toi sur la santé. Tu me parles de risques sanitaires comme si c’était une évidence mais je t’invite à te méfier des études ne reflétant pas la réalité de consommation en France (dans l’étude de l’OMS par exemple les personnes examinées mangeaient 5 fois plus de viande rouge que la moyenne française, norme américaine ?). Donc l’effet dose est à prendre en compte, car dans les faits une dose normale conseillée de viande (quantité nutritionnistes) n’est pas nocive pour l’homme, sauf si avec ça on mage gras, boit 10L de vin et mange 5 kilo de fruits (attention les sucres).

        Ensuite tu me parle de réchauffement climatique mais là encore le problème n’est pas le fait de consommer de la viande qui pose problème. Ce qui est un souci c’est le mode de production de l’alimentation (déforestation en Amérique du Sud) et la consommation de carburant. Quant aux vaches qui polluent par le méthane, des travaux sont menés pour baisser l’impact global en terme de réchauffement climatique. Ceci alors que dans les études (FAO, GIEC ou autres) communément diffusées on ne fait mention uniquement des émission de ges qui ne reflètent en aucun cas un effet sur le changement climatique si on ne prend pas en compte la capture de Carbone. Ces méthodes étant élaborées en répondant à des normes créées en 1990 pour Kyoto. C’est chiant mais jette un œil à la méthodologie.
        Je t’invite à lire des études qui parle de prise en compte globale de l’exploitation en tenant compte de l’intérêt en terme de fertilisation (- de fertilisants de synthèse), de capture de carbone (prairies, haies, agroécologie-élevage).

        Tout ceci pour dire qu’admettre un discours sans le questionner un tant soit peu est une erreur. Il est probable que l’élevage au même titre que tous les activités humaine génère de façon directe ou induite du réchauffement climatique mais l’alternative végétalienne/végétarienne n’est pas la solution si efficace que l’on prétend. Au même titre que pour la santé, accepter un discours sous prétexte que la presse le relaie, c’est pourquoi ta bande dessinée est intéressante car elle doit apporter un regard neuf, plus sérieux et mieux renseigner. Donc fais attention à la dose de viande et à la méthode, apporte nous des informations sérieuses.
        Sinon à quoi bon expliquer

        Bonne journée.

      4. Sur la santé, je me base sur des sources fiables : ]

        [1] Rapport de l’Association américaine de diététique sur les alimentations végétariennes – 2009 http://www.eatright.org/WorkArea/linkit.aspx?LinkIdentifier=id&ItemID=8417

        C’est le rapport de l’association américaine de diététique sur les alimentations végétariennes de 2009. Il est précisé que :
        « Les alimentations végétariennes planifiées de façon appropriée, y compris l’alimentation végétalienne, sont bonnes pour la santé, représentent une nutrition adéquate, et apportent des bienfaits pour la santé, pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes sont appropriées durant toutes les étapes de la vie, y compris la grossesse, la lactation, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, et pour les athlètes. »

        Je me base également sur mon propre suivi par une nutritionniste et sur mes dernières analyses de sang qui sont impeccables après près de deux ans de végétarisme.

    2. Dans ce cas tu vas un peu vite en besogne parce que les textes ne concluent pas en la nocivité de la viande.

      Ils disent que les gens qui consomment de la viande (aux états-unis à priori) consomment plus d’acides gras saturés que les végétariens(nes)/végétaliens(nes). C’est sûr que tu manges moins souvent à mac do ou un steak frite au resto quand tu ne manges pas de viande et que tu te préoccupes de ce que tu manges. En plus tu as peu d’acides gras insaturés dans les produits animaux (sauf les produits BleuBlancCœur), donc par définition si tu en manges TROP (hors du conseil des nutritionnistes) alors c’est sûr tu cours un risque.

      Le problème n’est donc pas la viande en soit mais la quantité que tu en manges (régime américain plus carné, notamment viande rouge et plus gras que le régime français), la qualité et ce que tu manges avec.
      Si tu manges viande, frites, crême glacée tu ne peux pas être végétariens(nes)/végétaliens(nes) et si tu manges pas de fruits et légumes avec ça ta santé se dégrade.
      Donc le biais dans ta conclusion « la viande est mauvaise pour la santé » est énorme. La viande consommée dans des doses normales et recommandé par les nutritionnistes, elle représente un super apport en acides aminés disponibles et indispensables.
      Le fait de ne pas consommer de viande et de la remplacer par des produits végétaux permet c’est sûr en comparaison à la moyenne américaine qui mange trop gras en particuliers lorsqu’ils mangent des produits à base de viande (poulet frit, frites, crême glacées, pizzas et autres).

      Ton études conclue non pas en disant que la viande est mauvaise pour la santé mais que dans l’échantillon testé les gens qui ne consomment pas de viande mange moins d’acides gras et sont donc en meilleur santé. Ce qui ne signifie pas que si tu manges de la viande tu manges nécessairement trop d’acide gras saturés, en France on mange préférentiellement de la viande maigre d’ailleurs, très pauvre en acides gras (blanc de poulet, jambon, filet, steak haché à 5% de mg…).
      Donc on peut parfaitement manger sainement en mangeant de la viande tout dépend de ton régime complet. Mais je ne vais pas te convaincre clairement.

      Je t’invite à faire preuve de plus d’esprit critique néanmoins.

  18. Coudrou, si j’ai bien compris votre message, vous pensiez que les animaux ne mangaient pas ? De nombreuses grandes cultures dont vous parler et qui détruisent limaces escargots et rongeurs sont à destination de l’alimentation animale.

  19. Bien sûr qu’une partie de ces cultures le sont mais ça n’enlève pas moins la nécessité absolue pour l’humain de tuer des animaux pour se nourrir. Maintenant pour nourrir un végétalien il faut en tuer moins qu’il n’en faut pour nourrir un omnivore, mais ça c’était assez évident pour que je ne le précise pas…

  20. Bonjour,
    J’ai bien aimé la BD, et encore plus les divers échanges (dont je me demande pourquoi ils semblent avoir pris fin en 2015 ?)
    Je souhaiterais connaître la position des végétariens sur la consommation d’insectes ?

    1. Bonjour ! Merci pour ce commentaire. Oui j’ai un peu mis de côté VVV depuis 2015, simplement parce que j’avais d’autres projets, d’autres intérêts … Mais j’y reviendrai sûrement !

      Pour les insectes, les positions sont divergentes. Les personnes étant végétariennes par souci d’éthique animale défendent souvent la position suivante : « puisqu’un régime végétal peut très bien convenir à la santé et qu’il est plus économique (en eau, en ressources, etc)… ce n’est pas la peine de chercher à développer la consommation d’insectes, autant passer au végétal direct ! »… Voilà la position qui revient souvent.

      Une belle BD d’insolente veggie là dessus : http://www.insolente-veggie.com/les-insectes-lalimentation-du-futur-pour-les-cons/

  21. Bravo Marine. Tes planches sont géniales ! J’adore les dessins, le ton… Tu arrives bien à être drôle et pertinente sans être moralisatrice ! Je me reconnais beaucoup dans tes réflexions. J’enverrai le lien aux gens qui ne comprennent pas mon régime alimentaire végétarien :)!

    1. Merci Marion ! J’espère pouvoir en faire d’autres bientôt, j’avais préparé des scripts pour plusieurs épisodes mais je n’ai pas eu trop le temps… Je m’y remettrai un de ces jours. 🙂 Contente que la série te plaise en tout cas ! et merci pour ton passage sur le blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s